Ces moments inédits que les Freelance comprennent

Ces moments inédits que les Freelance comprennent

J’avais envie d’un billet humeur, mais Freelance. Mais humeur ! Ahah. De plus en plus de personnes se lancent en indépendant et j’ai tendance à penser qu’on se comprends beaucoup entre nous. Notamment au travers d’anecdotes, de situations plus ou moins agréables, de points communs sur notre avenir, et j’en passe. Alors aujourd’hui je voulais vous compiler des moments, des bouts de vies, que beaucoup de Freelance comprendront. Et si tu n’es pas (encore) Freelance, peut-être que cela te donnera envie de prendre part à l’aventure, ou au contraire te repoussera à jamais héhé !

Les Ups & Down du coeur

Nous avons une certaine capacité (exceptionnelle d’ailleurs car très courante donc on est doués) à passer de la joie extrême à la tristesse infinie en quelques minutes parfois. Il existe une multitude de raisons : des contrats qui se signent, des refus de location d’appartement (ceux qui me suivent sur Twitter savent ahah), des opportunités qui débarquent de nulle part, une vie perso difficile à gérer en parallèle…

Bref, notre vie professionnelle étant ancrée en nous comme un tatouage, il est difficile parfois de gérer les moments de moins bien. Alors, nous les filles (les garçons, des témoignages ?), on pleure pour un rien (parfois simplement le fait de faire tomber des trucs par terre nous fait pleurer tellement on est usées), on s’énerve sur des gens qui ne le méritent pas (nos parents ou nos meilleurs amis), on a du mal à s’endormir à cause de l’inquiétude…

Et parfois, on est tellement heureux d’être portés par cette vie professionnelle pleine de rebondissements que l’on se sent pousser des ailes. C’est souvent dans ces moments-là que l’on prend beaucoup de décisions. C’est dans ces moments-là que notre moteur business s’active et que l’on ose des choses que l’on aurait même pas envisagé 5h plus tôt. C’est ces moments là, ou notre corps tout entier est heureux que l’on se sent vivant dans cette vie que l’on a choisi. ET C’EST DE LA BALLE ! 

La prise de recul

Je le dis souvent dans les coachings, quand ça va super bien ou quand ça ne va pas du tout : je prends de la hauteur. Et quel BONHEUR de réaliser toutes les choses accomplies depuis 4 ans (pour ma part). J’ai l’impression, pendant quelques minutes, d’être puissante et une sensation de fierté m’empare et me dit : « tu vois Julia, t’es plus forte que ta propre conscience ». Je doute que tu comprendras ces 3 lignes ahahaha. Mais si ça t’es déjà arrivé, manifeste-toi dans les commentaires que je me sente moins seule héhé. Et si tu fais encore parti des Freelance qui ne prennent pas ce recul, alors tu manques quelque chose !

Les retours clients

Là aussi, c’est tout bon ou tout mauvais. Lorsqu’il m’est arrivé d’essuyer des échecs cuisants avec des clients, je me sentais comme une merde. Comme une pauvre gamine qui essaie de gagner sa vie un peu comme elle le peut. En bidouillant des trucs et en faisant croire qu’elle était dotée d’une certaine expertise.

Mais lorsque l’inverse se produit, lorsque je reçois un retour d’un client ravi ou un commentaire adorable sur un de mes coachings : je pourrais sautiller sur place pendant des heures ! Tu as encore une fois une sensation de fierté qui s’empare de toi (elle ne reste que quelques instants, car business is business il faut continuer à bûcher) et qui pourrait te faire soulever des mooooontagnes de bouteilles de Jack (ma réputation est faite, maintenant tu sais bien que j’aime ce whisky) !

Les injustices

Comme pour tout, le statut d’indépendant présente ses avantages et ses inconvénients. Et si tu n’avais en tête que les avantages, la vie est là pour te rappeler (violemment parfois) la dure réalité. Il y a 3 semaines, j’ai essuyé de nombreux refus de la part d’agence immobilières pour louer un appartement à Clermont-Ferrand. La raison : je ne gagnais pas 1500 euros nets tous les mois pendant minimum 1 an (pour vous la faire courte).

Parfois, t’as envie d’envoyer chier la terre entière parce que t’as l’impression que l’on te mets des bâtons dans les roues pour tout. Et encore plus pour entreprendre en France. Peu d’aides, peu de ressources fiables, peu de soutien moral. Si j’ai ouvert ce blog et lancé mes coachings c’est justement parce que j’en avais marre de voir des gens faire de mauvais choix par manque d’informations, par manque de clarté dans ce choix de vie professionnelle.

Mais pour quand même finir sur une note positive : on est tellement face à des injustices au quotidien que l’on a apprit à les contourner, à être flexible et surtout à développer une capacité d’adaptation qui dépasse tout le reste ! WINNERS !

Et toi, comment tu le vis ce statut de Freelance ?

Ces moments inédits que les Freelance comprennent

Ils sont prêts

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

6 Commentaires

  • Plume d’Auré
    19 septembre 2017 13 h 59 min

    J’aime toujours autant tes articles ma belle !
    C’est tellement vrai tout ce que tu dis… et aussi très vrai cette partie où tu dis qu’on parle de l’extrême tristesse au côté « youhouuu je suis invincible je fais pleins de trucs ».
    Je vois tellement ce que tu veux dire ! Mais c’est ça être freelance… finalement c’est apprendre à se connaître si bien soi-même, et savoir quand prendre des décisions, ou quand prendre une journée « douce ».
    Bisous
    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

    • Julia
      25 septembre 2017 8 h 59 min

      Coucou Aurélie <3
      C'est exactement ça : on apprend à se connaître et à s'écouter.
      Et je trouve cet apprentissage tellement bénéfique pour tous les autres aspects de notre vie... !!

  • Margot LATHIERE
    20 septembre 2017 11 h 02 min

    Très bel article ! =) Plein de vérité mais aussi qui encourage. Pour moi être freelance ça m’a fait devenir adulte. J’ai tout plaqué, j’en tout envoyer valser, aussi bien mon « rêve d’enfant » ( je disais que je voulais être storyboardeuse et pas autre chose ) que les avis des gens, de ma famille, les regards plein de jugements. J’ai pris mon courage à deux mains et je suis illustratrice storyboardeuse. J’ai plusieurs projets à la fois et j’en suis ravie. Je ne suis ni coincée, ni loin de ma passion. La vie est dure, je vis encore chez mes parents parce que je ne peux pas assumer un loyer, ma famille me regarde un peu bizarrement mais ils sont tout de même fier de voir un livre avec mon nom écrit dessus ou quand j’ai réaliser ma première dédicace, quand j’ai un gros client sur ma boutique ou quand j’ai lancé mon financement participatif. Je ne m’attarde plus sur les jugements des gens qui me disent que je ferais mieux de toucher les aides de l’états et de me prendre un appart, à mon âge je devrais faire ci ou ça. Je ne pense pas que les aides de l’états soit faite pour ceux qui ont la chance d’avoir un hébergement gratuit. J’utiliserai les aides quand j’en aurais besoin, je préfère les laisser à ceux qui n’ont rien. Et je suis la seule à avoir le droit de juger ma situation personnelle et professionnelle. Je suis devenue une adulte =)

    • Julia
      25 septembre 2017 8 h 58 min

      Heeey Margot !
      Mais TELLEMENT. Ton présent et ton futur t’appartienne : tu en fait ce que tu veux. Et tu fais partie de celles qui ont eu le courage (car il en faut toujours un peu) de tout envoyer valser pour te dessiner une vie qui te ressemble et qui te correspond ! <3

  • Nora D
    20 septembre 2017 14 h 22 min

    Ah Ah l’ascenseur émotionnel !
    Ça fait vraiment du bien de te lire, je me dis que finalement ce que je vis, c’est normal.
    Oui, je suis normale, et pas seule, et moi aussi des fois je me sens bien plus forte que ma conscience #StayStrong !
    Merci pour tes mots :)

    • Julia
      25 septembre 2017 8 h 56 min

      Hey Nora :D
      Effectivement, on est tous dans le même bateau mine de rien. Les émotions sont plus ou moins les mêmes entre Freelance. Et je trouve que ça fait du bien d’en parler :)

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?