Freelance : comment fixer ses tarifs ?

Freelance : comment fixer ses tarifs ?

Billet de rigueur… même en 2019 ! Car oui, je croise encore certains Freelances qui ne savent clairement pas comment facturer leurs prestations convenablement. C’est loin d’être dramatique ! 😊Mais, à la longue, ça peut devenir décourageant, ou pire casser un marché. Alors aujourd’hui : BACK TO BASICS 🙌Et comme d’habitude, je vais te parler comme si tu étais en CP, mais au moins tout sera clair ! 😎Le calcul du salaire d’un freelance n’aura plus de secret pour toi.

Les pré-requis à connaître en rémunération freelance

Avant d’entrer dans des calculs savants au cas par cas, il y a des constantes qui doivent être connues et que tu dois retenir impérativement pour facturer correctement tout au long de ton aventure en indépendant :

 

Connaître le marché. Je ne vais pas rentrer dans les détails de touuuus les jobs possibles en Freelance et leur facturation. Mais sache que toi, tu dois connaître le marché dans lequel tu te trouves. Lire des contenus en lien avec ton secteur d’activité, discuter avec d’autres Freelances dans le même secteur que toi et ne pas hésiter à leur demander leur méthode de facturation et leurs tarifs (moi j’pense qu’on devrait tous être transparents sur notre facturation, maaaais ce n’est pas encore le cas de tout le monde malheureusement… 😅), ou carrément faire une petite manip simple : aller sur un site web comme Malt par exemple, taper ton job dans la barre de recherche + ta ville, et regarder le taux horaire pratiqué.

 

Bien connaître tes dépenses. Tu dois presque être capable de les réciter tellement elles sont bel et bien présentes et surtout impactent directement ton chiffre d’affaires. Ma propre liste de dépenses ressemble un peu à ça (et tu as certainement la même que moi si tu es en micro-entreprise) : cotisations + impôts + banque + logiciels + espace de coworking + site web + comptable + mutuelle… Mais il peut y en avoir encore beaucoup. Alors fais-toi une liste, la plus exhaustive possible, et garde en tête le montant total mensuel 😉Car tu vas devoir amortir tout ça à un moment donné dans ta facturation !

 

Avoir conscience du temps non-facturable. Non, chaque minute passée à ton bureau ne sera pas une minute attribuée à un client en particulier. Notamment lorsque tu vas faire des tâches telles que : la prospection, l’administratif, ou encore ta propre communication. C’est du temps non-facturable directement, car c’est du taff pour toi & ton entreprise. Et pourtant, ce temps aussi se prévoit et se facture 🙂

 

Ne pas oublier l’expertise apportée. Et ça c’est un point non-négligeable. Lorsque tu débutes, lorsque tu as encore peu d’expériences, il est normal que tu ne tiennes pas forcément compte de cet aspect dans ta facturation. Mais lorsque tu commences à avoir de sérieuses références clients, que tu SAIS que tu apportes de la valeur ajoutée à tes clients et que ton expérience ne se résume pas à faire un taff de stagiaire : tout ça se facture ! 🙏

 

Ça en fait des choses à prendre en compte avant même de passer aux prestations pures et dures hein ?! 😄 Garde en tête que 50% de tes revenus servent à payer tout ça !

Facturer avec un taux journalier

Aller, rentrons dans le vif du sujet avec la première méthode de facturation : le taux journalier. Pour cela, nous avons besoin de 3 données : ton temps disponible + ton revenu idéal + tes charges.

 

Rien de tel qu’un exemple :
✖ Je veux travailler 5 jours par semaine, soit 250 jours par an.
Et parce que je ne vais pas être au top de ma forme (même si je me le souhaite) ou devant mon ordinateur 100% du temps, il faut que j’anticipe les jours “off” (si je tombe malade, ou simplement mes jours de vacances, l’équivalent des congés payés pour les salariés).

 

Je compte environ 6 semaines off au total.
On passe donc à 220 jours travaillés par an.

 

Sur ces 220 jours, je vais donc passer beaucoup de temps sur les tâches que l’on a vu au dessus : le temps non-facturable (la prospection, l’administratif et le personal branding). Admettons que ça représente 40% de mon temps.

 

Si 220 jours travaillés = 100% de mon temps
60% = 132 jours.

 

Je consacre donc réellement 132 jours à mes clients. 
132 jours sont donc réellement facturés à mes clients.

 

Mon revenu idéal est de 4000€ bruts par mois (montant à définir toi-même en fonction de tes dépenses et de ton expertise)
Soit 48 000€/an.

 

48000€ divisés par 132 jours = 363€/jours.
Voici donc mon taux journalier 🙂
Tu peux ensuite le diviser par ton nombre d’heures travaillées par jour pour avoir ton taux horaire freelance.

 

⚡N’oublie pas d’épargner un peu chaque mois.
Mes méthodes pour épargner sans peine.

Facturer au forfait

En espérant que tu aies pu adapter mes petits calculs à tes propres besoins/envies pour la facturation au taux journalier 🤯Passons maintenant à la seconde méthode de facturation qui est assez différente de la première. Pour moi, la principale différence est que la facturation au forfait est différente du temps passé.

 

On a vu dans le premier exemple que je consacrais 132 jours par an à mes clients en temps réel facturé.
Là, on va raisonner autrement. Car on se base cette fois-ci sur une grille tarifaire que tu auras définie en amont.
C’est ni plus ni moins qu’un tableau avec d’un côté toutes tes prestations et, de l’autre, le tarif appliqué pour chacune d’entre elles.

 

Les missions présentes dans ta grille tarifaire ne sont pas forcément des missions qui se terminent. Ce ne sont pas forcément des missions simples comme : “écrire un article”. C’est un ensemble de tâches qui forment une prestation/mission plus globale.

 

Le prix de tes prestations doit prendre en compte :

  • touuuut ce que j’ai listé dans les pré-requis à connaître et à ne pas oublier ;
  • tous les éléments qui composent ton service (si tu fais de la rédaction web, tu vas donc compter le sourcing, la rédaction, la relecture et peut-être l’intégration sur le site web de ton client) ;
  • refléter la valeur ajoutée que tu donnes (c’est à dire le combo entre ton expertise et ton expérience) ;
  • être cohérent en terme de temps passé.

 

Diiiiisclamer ! ⚡😄Cette définition de la facturation au forfait est la mienne. Celle qui me semble la plus juste et la plus cohérente pour bien faire la différence avec la facturation au taux journalier.

Rémunération auto-entreprise : quelle formule choisir ?

Lorsque tu as déjà lu les détails de ces 2 méthodes de facturation, tu dois déjà commencer à savoir vers laquelle tu souhaites t’orienter. Mais pour être plutôt cohérente et avec l’expérience que j’ai, je dirais que :

 

  • la facturation au taux journalier est parfaite pour débuter, pour être aligné(e) avec le marché et être rassuré(e) sur la question “est-ce que je suis légitime à facturer ça ?”. Car si la plupart des Freelances de ton marché facturent le même taux journalier que toi, alors TOUT VA BIEN 😄. C’est aussi une bonne méthode pour ne pas trop se prendre la tête avec ça si les calculs te saoulent !
  • la facturation au forfait est top lorsque tu commences à savoir clairement ce que ton travail vaut sur le marché, et que tu commences à connaître par coeur combien de temps te prend une mission particulière 💪

 

J’ai personnellement choisi une facturation au forfait pour mes clients en social media management. Les missions que je vends sont souvent les mêmes : de l’élaboration de stratégie social media, de gestion et d’animation de comptes sociaux professionnels, des publicités, et du reporting. Les variables de temps sont faibles d’un client à l’autre. Et mon expérience me permet d’élaborer le prix de mes forfaits avec aisance (ce qui n’était pas le cas à mes débuts ahah 😅) tout en étant cohérente avec les prix du marché.

 

Je facture mes clients avec l’outil Freebe 😍Tu as -20% sur ton abonnement en renseignant le code 20IDONTTHINK.

 

Tu n’es pas obligé(e) de suivre une de ces deux méthodes pour facturer tes prestations. L’essentiel est que tu n’oublie pas les pré-requis rassemblés au tout début de ce billet, car ce sont clairement des choses que l’on oublie bien trop souvent de facturer à nos clients. Et pourtant, ce sont des éléments essentiels à notre fonctionnement (physique et mental) 😉

Et toi, quelle méthode utilises-tu ?

Freelance : comment fixer ses tarifs ?

Accéder aux backstages du blog ?

Backstages de ma vie de Freelance ?

Reçois de façon hebdomadaire les backstages de ma vie en Freelance : partage d'expérience, transparence, contenus exclusifs, et bonne humeur sont au rendez-vous !

Respect et transparence. Pas de spam. Powered by ConvertKit

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

17 COMMENTAIRES
  • La plume rose
    11 mars 2019

    Hello Julia ! Merci pour cet article trèèès bien expliqué, je suis actuellement en train de réfléchir aux tarifs que je vais appliquer mais aussi au temps que je vais pouvoir consacrer à mes futurs clients car, pour l’instant je suis encore salariée à temps plein. Et ton article va beaucoup m’aider à être correcte dans mes prix ! Merci à toi

  • ornellastro
    12 mars 2019

    Sujet sensible pour moi qui n’ose même pas augmenter mes prix alors que je brade mes prestations finalement. :/

  • lalibellulesevade
    13 mars 2019

    Voilà un article bien clair sur les tarifs, merci. Et après vérification mes tarifs correspondent à tes explications, il m’a fallut du temps pour les établir, je suis contente de voir qu’ils sont cohérents. Pour l’anecdote, je réponds souvent à ce type d’interrogation dans des groupes facebook (notamment pour de l’évènementiel en broderie) quand je donne le tarif que je pratique pour ce type de prestation : 60 euros de l’heure, les réactions sont toujours horrifiées. Proposer un tarif c’est connaître et affirmer ses compétences.

  • Mel
    13 mars 2019

    Un post super utile, merci !
    C’est vrai qu’au départ on est un peu perdu et qu’on voit parfois des cassages de prix aberrant à la limite du tarif Amazon turker

  • angesub
    13 mars 2019

    bonjour Julia, merci pour tes TOP conseils et finalement ça me rassure j’ai réussi à partir sur un forfait journalier cohérent en refaisant le calcul avec ta méthode. Le plus dur est maintenant de le traduire en facturation au forfait et là c’est plus dur… si tu as des conseils plus précis pour m’aider je suis preneuse! Je suis aussi CM et vise les PME / entrepreneurs qui démarrent sur les réseaux.
    PS: je viens de suivre ta formation Trello: merci pour le gain de temps!!! :-) Bonne idée, continue!

  • Hery
    2 avril 2019

    Merci Julia pour tous tes articles. Je trouve celui-ci vraiment pertinent et je partage totalement ta définition de la facture au forfait.
    Tu as entièrement sur le fait de bien connaître les coûts (fixes et variables) et ainsi savoir exactement combien on gagne pour chaque prestation facturée. J’ai plusieurs métiers dont photographe de mariage et dans celui-ci, beaucoup de confrères considèrent l’achat de leur matériel comme n’entrant pas dans l’équation…
    Ce qui est génial avec la facturation au forfait, c’est que tu sais exactement combien de prestations tu dois vendre pour atteindre tes objectifs de revenus.

    Mais du coup, j’ai une question :
    Est-ce que tu as déjà facturé un client par rapport à ce que tu lui apportes (ou ce que tu lui permets d’économiser) ?
    Je m’explique. Tu fais une campagne social media qui rapporte ENORMEMENT à ton client (soyons fou, disons 100.000 euros/an). Est-ce que tu as déjà négocié un % de ce montant plutôt qu’un montant forfaitaire ?

    Inversement, tu mets en place une stratégie qui fait économiser ENORMEMENT à ton client (soyons fou, disons 100.000 euros/an). As-tu déjà négocié un % de cette économie ?

    Que penses-tu de cette pratique ?

    Encore merci pour ce bel article.

      • Hery
        2 avril 2019

        Je suis d’accord. Chaque partie doit savoir exactement ce qu’elle doit faire.
        Aussi, pour que ça marche, je pense qu’on doit avoir la capacité de prouver en RDV client le gain (ou l’économie) généré.
        Mais je m’éloigne un peu du sujet car je pense que ce sont des clients bien particuliers qui cherchent avant tout du sur-mesure, non ?

        Merci beaucoup pour ce partage et cet échange.

  • Virginie
    5 avril 2019

    Merci Julia pour la méthode du forfait journalier , c’est à se demander pourquoi on apprend pas ca en CP! Super blog ! Je te lis depuis Mérida au Mexique, et même si la monnaie, la TVA, le statut, etc… tout est différent au final j’arrive hyper bien à pratiquer tes conseils !

  • Valérie Soddu
    10 mai 2019

    La question qui tue, mais comment je vais fixer mes tarifs ? Quelle légitimité j’ai ? Comment faire plutôt forfait, plutôt taux journalier ? Toutes les questions que je me suis posée et qui m’ont fait renoncer parce que je ne me sentais pas capable … L’impression que ça allait être trop difficile. Mais quelque chose me dit que tu es en train de me faire changer d’avis ! Et merci pour ça

  • Agnès
    11 juin 2019

    Bonjour Julia,

    Merci pour cet article très intéressant !
    Une question me trotte toujours l’esprit, comment calculer les minutes en TJM? Admettant que je sois à 100€ HT / jour (8h) et que le moi de mai j’ai fait 6 jours, 4 heures et 34 minutes de travail. Comment calculer les 4 heures et 34 minutes puisque ce n’est pas une journée complète de 8h ?

    Merci pour ton retour

  • Cécile
    19 juin 2019

    Je suis praticienne de Shiatsu en cabinet et je viens de faire l’exercice de cet article (en adaptant bien sûr à mon niveau). Résultats je suis légèrement en-dessous de ce que je pensais niveau tarif. Je crois que le plus dur c’est d’augmenter (même si ce n’est que de 5 euros). J’ai réalisé que je n’avais pas pris certains frais en compte dans le calcul de mon tarif. Du coup c’est top ! Merci !

Un petit mot là dessus ?