F*ck au syndrome de l'imposteur

F*ck au syndrome de l’imposteur

C’est fou à quel point nous avons tous ce syndrome en commun. Mes deux premières années en Freelance ont été une véritable colocation avec ce syndrome. Et puis au fil du temps, j’ai appris à l’apprivoiser. Avec les moyens du bord. Ce sont mes astuces, elles ont le mérite d’exister et de bien souvent fonctionner. Je te les partage donc aujourd’hui, pour que toi aussi tu puisses dire f*ck au syndrome de l’imposteur.

Puiser dans mes souvenirs

Un peu comme Harry Potter plonge dans la pensine de Dumbledore. Je me force à me rappeler tout ce que j’ai déjà accompli. À toutes les actions rondement menées au cours de ma petite vie professionnelle. Je me focalise plus précisément sur celles que je pensais impossibles à exécuter sans faire des conneries sur mon passage. Et qui, pour être très honnête avec moi même, se sont tout de même terminées avec les félicitations du jury de mes clients. Mais souvent ça ne suffit pas à faire disparaître ce syndrome.

Prendre de la hauteur

J’essaie de me placer en dehors de mon corps, en dehors de mon esprit (oui c’est chelou je sais). J’essaie de me considérer comme une personne que je ne connais que très peu. Ou en tout cas mettre de côté toutes mes émotions pour ne me concentrer que sur des trucs factuels. C’est à dire me demander (parfois à voix haute, encore plus chelou je sais) : “Quelles sont les qualités de Julia ?” , “En quoi ses compétences et sa personnalité peuvent être mis à contribution pour honorer cette mission génialissime ?”. Généralement, ça m’aide à minimiser “l’impressionnance”  (ouais aujourd’hui j’écris des mots bizarres, j’assume !) de la mission que l’on souhaite mon confier par exemple (ou d’une mission à laquelle je souhaiterai postuler par exemple).

Et si j’échoue ?

Et puis il y a cette petite voix qui arrive, et qui me parle d’échecs-bla-bla-bla. Et bah oui, il y a des chances pour que j’échoue. Tout comme il y a des chances qu’une voiture me renverse au prochain passage piétons que je vais traverser. Ce sont des choses qui arrivent, même aux meilleurs. Et quelqu’un qui réussi très bien aujourd’hui est quelqu’un qui a échoué plusieurs fois dans le passé. S’accrocher à tes peurs ne t’apportera rien de bon. Alors qu’au contraire, les échecs sont bénéfiques.

Ne pas céder

Parfois, même après ces 3 étapes, je me retrouve toujours à hésiter, à me torturer l’esprit dans tous les sens. Généralement, je me tourne en dernier recours vers mes business bestie. Ils me secouent comme un prunier en me répétant : ne pas céder, ne pas céder, ne pas céder à ce syndrome pourri. Et foncer. Croire un peu en soi et s’autoriser un super challenge. Qui sait, peut-être que c’est cette opportunité qui va changer ta vie ? 

Raconte moi ta relation avec ce syndrome !

Accéder aux backstages du blog ?

Backstages de ma vie de Freelance 🌩

Reçois de façon hebdomadaire les backstages de ma vie en Freelance : partage d'expérience, transparence, contenus exclusifs, et bonne humeur sont au rendez-vous !

Respect et transparence. Pas de spam. Powered by ConvertKit

Le syndrome de l'imposteur chez les Freelance

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

8 COMMENTAIRES
  • leniscarabouille
    23 octobre 2017

    Bonsoir, je voudrais te dire merci beaucoup pour tous ces billets que tu nous donne sur ton blogue, tes articles sont hyper motivant. En plus on a le vrai quotidien de Freelance sans cliché et des super conseils alors merci ;D En rapport avec le thème le syndrome de l’imposteur qui fait partie des choses qui m’empêchent de me lancer pour l’instant donc merci ^^

  • lauliablabla
    23 octobre 2017

    Merci ma belle, pour toutes ces bonnes astuces, je suis en grande période de doute. Malgré que j’avance sur ma formation de développeuse web et que je m’en sors pas trop mal (92% de réussite pour le moment) J’ai l’impression de ne pas être à la hauteur et du coût je doute beaucoup sur le fait de me lancer en freelance par la suite. Pourtant j’étais vraiment motivé, mais aujourd’hui je me demande si je suis vraiment légitime avec une formation par internet même si j’obtiens un diplôme, est-ce que ça suffit etc… Fin bref je vais essayer de mettre en place tes conseilles au maximum.
    Bisous :)

  • du74au974
    24 octobre 2017

    Merci Julia ! J’aurais aimé une petite définition du syndrome au début de l’article, mais j’imagine que c’est un manque de confiance en soi et de légitimité…
    Souvent d’ailleurs, on est crédible (les autres nous voient capables) mais on ne se sent pas légitime (digne de ces missions…).
    C’est donc un vrai travail sur soi et pas sur ce qu’on donne à voir !
    Pour ma part, la question qui me hantait était : pourquoi moi et pas un autre ?
    J’ai solutionné cette question en faisant un stage de perfectionnement professionnel au Québec… Pourquoi moi et pas un autre ? Parce que je suis formée à une approche reconnue au Québec et qui n’existe pas ici… Bref, trois mois, un visa et des billets d’avion bien “rentabilisés” !

  • Aurore
    25 octobre 2017

    Merci pour cet article. Le syndrome de l’imposteur est vraiment nuisible, je le vois chez mes clients : ils ont des supports de communication mais ils ne se sentent pas assez légitimes pour s’en servir, ils n’osent pas tout simplement. C’est du gâchis tout ça, alors oui f*ck au syndrome de l’imposteur !!!

Un petit mot là dessus ?