Une digital detox ? C’est stupide

Une digital detox ? C’est stupide

Qu’est ce qu’il se passe sur la blogosphère ?! On y parle de digital detox dans tous les sens (que ce soit sur les blogs ou ailleurs en fait), on nous vante les bienfaits de la déconnexion, de son impact sur le sommeil, sur la qualité de notre vie au quotidien, et j’en passe. Mais est-ce vraiment le numérique le problème ?

Je ne vais pas vous apprendre un scoop en vous disant qu’en 2016 nous sommes tous accrochés à notre smartphone, à notre tablette ou à notre ordinateur : si vous êtes en ce moment en train de me lire vous en faites certainement partie de ces accros.

Dans un premier temps, il est devenu normal de communiquer par sms plutôt que de vive voix. Puis, il est devenu normal de recevoir ses mails sur son smartphone. Et aujourd’hui, il est devenu normal de gérer quasiment toute sa vie via nos applications : notre compte en banque, nos relations personnelles et professionnelles, notre liste de courses, regarder les bandes-annonces avant d’aller voir un film au ciné, lire les infos plutôt que de regarder la télévision, et toujours plus si affinités.
C’est simplement l’évolution logique du numérique ! Bientôt on pourra éteindre les lumières de notre salon en parlant à une dame virtuelle (déjà testé chez un copain « Yana, éteint tout », et ça marche ahah), on pourra allumer le chauffage de notre voiture 15 minutes avant de la conduire les soirs d’hiver (ouais ça c’est mon rêve), bref, les possibilités sont infinies et on le sait. 

Alors maintenant que l’on a tout ces outils pour se faciliter la vie, pour aller plus vite dans notre gestion du quotidien, pour communiquer plus facilement avec nos amis : on nous dit qu’il faut arrêter, ne serait-ce que 24h. Alors ouais pourquoi pas ! Se forcer à éteindre son téléphone, à éteindre la télévision, à éteindre notre ordinateur et à se consacrer à des trucs de la « real life ».

DigitalDetox

Super, et maintenant ? On va aller se balader tranquillement sans être dérangé(e)s par les vibration de notre téléphone dans notre sac, sans appels intempestifs, sans prendre de photo à partager sur Instagram, sans notifications, bref calme et volupté.

Et puis 24h plus tard, je m’imagine déjà rallumer mon téléphone (enfin les deux, le pro et le perso, pour ma part) et/ou mon macbook et découvrir avec horreur 15 sms (ça c’est pour la partie la moins grave), 6 mails urgents de mes clients, mes 14 pages Facebook à modérer et des appels manqués sur mon téléphone pro (c’est à dire certainement des contrats manqués). Rajoutez à cela toute la dose de stress du retard accumulé qui vient se poser comme une cerise sur le gâteau. 

Evidemment, nous n’avons pas tous un job lié au numérique. En tant que Community Manager Freelance, si je devais faire une digital detox, je reviendrais ressourcée, mais au chômage. Je suis bien consciente que toutes les personnes ayant un job « classique », sans aucun lien avec les réseaux sociaux et le web sont plus aptes à se déconnecter.

DigitalDetox

Mais au bout d’un moment, il faut accepter que le numérique ai prit une place considérable dans notre vie et que désormais nous vivons avec ! Vous ne pouvez pas mettre le numérique à la corbeille, il fait partie de vous ! Alors le meilleur moyen de respirer et de profiter de la « vraie vie », c’est simplement d’avoir conscience de tout ça et d’adapter son quotidien en conséquences.

Vous voulez dormir mieux ? Arrêter de trainer sur votre tablette dans votre lit, supprimez le numérique de votre lit et allez lire un bouquin. Vous voulez du contact humain ? Sortez voir vos amis et continuez à faire des selfies, ça ne va pas vous tuer. Vous voulez être plus productif ? Ayez le sens des priorités : non, poster une photo sur Instagram alors que votre plat est en train de refroidir devant vos yeux ce n’est pas une priorité.

Voilà, une digital detox c’est stupide. 
C’est simplement une excuse pour ceux qui sont incapables d’organiser leur vie en y intégrant le numérique.

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Facebook
Viens suivre mes aventures sur Facebook !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

27 Commentaires

  • Cheesus
    3 mars 2016 11 h 46 min

    Comme d’hab les gens n’arrivent pas à faire la différence entre NTIC et la relation qu’ils entretiennent avec les NTIC. Ceux qui lance ces fameuses « Détox numérique » ne sont rien d’autres que des personnes qui ne sont pas capable de remettre en question leur propre utilisation de ces outils. Bah oui, c’est bien connu; c’est la faute de la technologie. Sauf que personne n’oblige qui que ce soit d’utiliser des smartphones, ou d’être sur les divers réseaux sociaux. Et comme tu l’a si bien dit, rien de tel que de lire un livre le soir ou encore de sortir entre amis etc.

    • Julia
      3 mars 2016 13 h 20 min

      Ce qui me révolte le plus, c’est cette mode de VENDRE de la digital détox.
      Je trouve ça aberrant…

  • Cleophis
    3 mars 2016 11 h 57 min

    Entre le tout numérique et le rien du tout, il y a un équilibre. Il suffit de savoir se modérer, se créer des plages horaires pour tel ou tel réseau social et poser le portable lors des moments familiaux.

    • Julia
      3 mars 2016 13 h 19 min

      On est d’accord :)

  • swinging-bird
    3 mars 2016 13 h 03 min

    Personnellement, je ne suis pas d’accord avec les formules assez virulentes utilisées dans ton article (style : « Voilà, une digital detox c’est stupide. C’est simplement une excuse pour ceux qui sont incapables d’organiser leur vie en y intégrant le numérique. ») Je comprends que, vu ton travail, le numérique te soit vital, mais ce n’est simplement pas le cas pour tout le monde, et tant mieux. Je suis jeune, j’ai un smartphone, un blog et compagnie, mais j’adore pouvoir tout éteindre de temps en temps et je trouve vraiment triste l’idée qu’on soit tous scotchés en permanence à ces objets, qui ne sont finalement que du matériel, même quand on a la chance de se retrouver en famille, entre amis…
    Bref, il y a un équilibre à trouver, et c’est à chacun de faire en fonction de ses besoins… sans qu’il soit nécessaire de traiter les personnes qui ne pensent pas pareil d’incapables.
    Bonne journée.

    • Julia
      3 mars 2016 13 h 18 min

      Bonjour !

      « Je suis bien consciente que toutes les personnes ayant un job « classique », sans aucun lien avec les réseaux sociaux et le web sont plus aptes à se déconnecter. » Oui, tout le monde ne bosse pas sur le web.

      Voilà, tu apprécies et tu peux éteindre de temps en temps. Pas besoin de faire une digital détox de 24 ou 48h. C’est ça que je dénonce, cette pratique là. Je trouve ça dommage d’en arriver à devoir se couper 48h de ses appareils numériques, il suffit juste de les gérer au quotidien. Rien de plus, rien de moins.

      Je ne traite personne d’incapable, je veux faire prendre conscience aux personnes qui me lisent qu’elles n’ont pas besoin de se couper de tout pour aller bien. Tout est dans la demi-mesure, faut arrêter les actions radicales, selon moi.

  • Sweet Judas
    3 mars 2016 15 h 31 min

    Ahah, oui, je trouve ça un peu con comme idée les « cures de désintoxication de l’Internet »… En général, quand tu te considères addict’ à quelque chose (peu importe ce que c’est), c’est qu’il y a un autre problème à creuser. Alors bon, la « reconnexion à mes sens et aux autres blabla », je n’y crois pas trop. Sitôt sortie de sa cure, retourner en faire le détail sur son blog et ses réseautages, c’est un peu le pompom-sur-la-Garonne (j’ai un doute sur l’existence de cette expression, je préfère le signaler).

    Taper sur les réseaux sociaux, c’est facile mais remettre en perspective l’utilisation personnelle (toujours ce « pourquoi » partout) qu’on en fait, c’est un autre problème. Ça me rappelle le pétage de plombs de la jeune mannequin dont j’ai oublié le nom (parce que je savais même pas qu’elle existait, en fait) qui dénonçait chais-plus-quoi (les diktats de l’apparence ? Un truc comme ça) à travers ses racontages de vie en mode « Là, tu vois je souris mais j’ai fait refaire 48 fois ce faux selfie de mon dos à ma petite soeur au point de la faire pleurer en l’insultant parce qu’elle était incapable de réaliser le bon cliché ». Heu, what.. ? C’est pas Instagram le souci ma grande, c’est toi hein.

    Cela dit, il est certain que se dégreffer son téléphone de la main, ça peut être plus dur pour certains que pour d’autres. Je dis ça parce qu’on peut plus faire de généralisations aujourd’hui (même quand c’est drôle) vu que les généralisations c’est mal, tu vois.

    • Julia
      3 mars 2016 15 h 38 min

      Je suis bien d’accord.
      Et je trouve ça effectivement stupide d’avoir besoin de se dire « je déconnecte 48h » quand on peut le faire un petit peu chaque jour, à son rythme. C’est en quelque sorte « s’écouter ».

      (je mets tout entre guillemets maintenant, car comme tu dis, les généralisations, ça dérange !)

  • Kurt Grava (@eckodeath)
    3 mars 2016 15 h 36 min

    Whaoouuu ! Superbe article ! Je te félicite car tu as résumer en quelques lignes mon ressentit lors d’un essai de passé une journée sans mon iPhone (http://eckodeath.com/jai-survecu-une-journee-sans-mon-iphone/)…
    C’est compliqué et surtout ça ne sert à rien de se priver d’un tel outil totalement indispensable de nos jours…

    • Julia
      3 mars 2016 15 h 44 min

      Ton article m’a beaucoup fait rire ahah.
      Tout le long, je me surprenais à penser « oh le pauvre ! » (le coup de 1passeword m’a tué aussi ahah)

  • lesperanceauquotidien
    3 mars 2016 16 h 04 min

    Je suis plutôt d’accord avec toi sur le fond mais j’émettrais juste un petit avis :)
    Parfois une petite aventure dans les extrêmes avec des actions radicales aident certaines personnes à rééquilibrer justement (voyant les limites des deux extrêmes peut-être). Donc je pense, à chacun ses besoins qui ne sont pas forcément « stupide » même si ça peut être parfois dommage d’avoir besoin de ces actions radicales :)

    • Julia
      3 mars 2016 16 h 08 min

      C’est le but de ce billet : faire réagir et faire prendre conscience que tout est dans la nuance (même si mes mots sont forts, mes pensées sont également nuancées).

  • Chips
    3 mars 2016 18 h 50 min

    Moi, je suis d’accord avec toi choupi. ♥ Big up à ma mère qui a passé 2 semaines sans internet et qui le raconte à tout en mode avec une certaine fierté du type « han j’ai trop survécu sans internet, je suis contente. Mais bon vous les jeunes je suis sûre que vous pourrez jamais ». Je pense qu’on peut tous vivre sans internet mais comme tu dis. Pourquoi s’en priver quand ça ne nous empêche pas de sortir, de savoir se limiter de parler avec ses amis, etc. Et l’article n’est pas du tout agressif. C’est pas parce qu’on dit qu’un terme à la mode est un peu stupide que c’est extrême…

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 10 min

      Ahah ma Chips, envoie mon article à ta mère xD <3

  • Floriane (Il était une Flo)
    3 mars 2016 21 h 41 min

    J’adore tes articles humeurs, parce que ce sont des réflexions que je me suis souvent faites moi-même, et dont je partages très souvent l’idée.
    Pour le coups, je penses qu’il faut arriver à trouver un équilibre avec toutes ces technologies et savoir se déconnecter de temps en temps, et surtout en présence des ses proches.
    Il faut savoir mettre « pause » et apprécier les moments qui s’offrent à nous lorsqu’on est en présence d’autres personnes plutôt que de s’enfermer sur nos écrans, faire un peu plus attention à notre environnement et à ce qui nous entoure.
    Voilà mon petit point de vue, je ne sais pas si c’est très clair ^^

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 09 min

      Oh si c’est très clair Flo :D
      Merci <3

  • Davidao Lajarge
    4 mars 2016 8 h 39 min

    J’ai cru comprendre dans un de tes tweets que tu te faisais attaquer pour cet article ? Eh ben laisse moi te dire que ce sont ces gens là qui sont stupides…

    Tout ce qui touche aux thématiques de l’hyperconnexion et de la déconnexion, c’est désormais mon projet professionnel donc je sais de quoi je parle. Et ce que tu dis est vrai. Le numérique est neutre dans cette histoire. C’est le rapport personnel au numérique qui part en live, parce que nous ne savons pas nous contrôler, nous modérer. L’humain déteste se fixer des limites…

    La Digital Detox part du constat qu’il faut « tout arrêter » momentanément pour réparer nos excès. C’est une manière de voir les choses (pourquoi pas) mais je ne suis pas totalement convaincu. Cela peut soulager, c’est vrai mais ce ne sera que temporaire. Le véritable, LE SEUL moyen de vivre sereinement le numérique c’est d’avoir la maîtrise de ces usages. C’est là où on se rejoint tous les deux.

    Et tu as tout as fait raison dans tes derniers propos. Oui ça parait tellement simple… Mais dans la réalité ça ne l’est pas ! Parce que notre société nous pousse à toujours plus de connexion, parce que les applis sont conçues pour retenir notre attention (Tinder, pour exemple est comme un jeu. Et les jeux c’est addictif), parce qu’on est tellement assisté par les applications pratiques qu’on ne prend plus la peine de se débrouiller sans, etc.

    Chacun son équilibre numérique, mais aujourd’hui rien n’est fait pour aider à le trouver et surtout à le tenir hélas…

    Bref, moi je suis à l’aise avec ton article :) Bravo, tu es lucide !

    PS : j’en profite pour te faire découvrir La pause digitale, la newsletter que j’ai créée, qui propose conseils, idées et inspiration pour arriver à déconnecter :) http://www.la-pause-digitale.org/

    PS2 : je n’ai volontairement pas évoqué le « marché » de la Digital Detox parce bon, surtout en France on fait énormément de la merde. C’est dit et assumé. Et c’est certain que ça ne lui donne pas meilleure image…

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 09 min

      Merci pour ton avis :)
      « La Digital Detox part du constat qu’il faut « tout arrêter » momentanément pour réparer nos excès. C’est une manière de voir les choses (pourquoi pas) mais je ne suis pas totalement convaincu. Cela peut soulager, c’est vrai mais ce ne sera que temporaire. Le véritable, LE SEUL moyen de vivre sereinement le numérique c’est d’avoir la maîtrise de ces usages. C’est là où on se rejoint tous les deux. »
      Tu as plutôt bien résumé la chose :)

  • Web Rédacteur – Geoffroy
    4 mars 2016 12 h 59 min

    Le concept de la digital detox me fait bien rire. Moi qui ai lancé un blog sur la détox (la vraie, celle pour le corps hein http://detoxification.fr ) alors que les questions de bien-être et de santé étaient en train d’émerger, j’ai vu bien des secteurs s’approprier cette notion de détox. On se détox du travail, du numérique, des transports… Je suis assez d’accord avec toi. Tout est question de dosage et de priorisation. La détox est souvent vue comme une action radicale (se couper du monde en matière de digital) et cela fait parler, rédiger des articles, organiser des reportages télé… Mais ce n’est qu’une « mode » passagère.

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 07 min

      Ca me rassure de lire que c’est une mode.
      Quand tu vois des gens qui se lancent en consulting ditital detox, tu te dis qu’il y a vraiment un problème !

  • lulawolves
    4 mars 2016 16 h 06 min

    Merci ! Je pensais être la seule à penser ça. Voir des « digital detox » partout ça commençait à me gonfler, ça fait du bien de lire ce genre d’articles ! Bisous :)

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 06 min

      Héhé merci Lula <3

  • Sabrina de Ca Se Saurait
    4 mars 2016 18 h 32 min

    Ben comme toujours, tout est dans la modération.

    Mais vouloir d’un coup se déconnecter n’est pas forcément stupide si ça relève d’une envie de voir ce qu’est la vie sans tout cela. Cela n’a rien de « stupide ». Réfléchir sur la (grande) place que tout cela grignote sur nos journées, même si ça a bien sûr aussi du bon, est à mon avis important.

    La mode de la digital detox répond à un besoin que ressentent beaucoup de stopper ces interruptions incessantes dans la vie privée. Comme toi je vis avec Internet et comme j’arrive à modérer je ne ressens pas ce besoin absolu de faire une pause radicale mais je fais des pauses radicales de temps à autre et j’adore, ça me fait voir la vie autrement et par exemple côté créativité et écriture ça me stimule beaucoup.

    Donc bon, oui la digital detox peut être perçue comme stupide mais réfléchir sur le sens que toutes ces technologies prennent sur nos vie ne l’est pas forcément à mon avis ;-)

    Bises virtuelles ^^!

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 06 min

      Je préfère avoir en face de moi quelqu’un qui me dit « j’éteins mon tel le temps d’un café avec toi », plutôt que quelqu’un qui va me dire « Bon, je coupe tout pendant 2 jours, bye ! » sous prétexte qu’il/qu’elle l’a lu sur un blog qui en parlait et qui ventait les mérites de tout déconnecter. Je veux faire prendre conscience aux gens que c’est au quotidien qu’il faut agir, pas une fois par an pendant 3 jours :)

      • Sabrina de Ca Se Saurait
        8 mars 2016 15 h 14 min

        C’est sûr :-)

  • Melgane
    4 mars 2016 18 h 52 min

    C’est pas faux ! Je voyais passer ces articles sans les lire parce que je devinais sans peine ce qu’il y avait dedans : mieux regarder le paysage qui nous entoure, profiter des gens… mais, eh ! Le problème n’est pas le numérique, c’est notre relation au numérique. Profiter des gens ? Commencez par ne pas répondre aux SMS de quelqu’un quand vous parlez à quelqu’un d’autre (à moins que ça soit vraiment important, évidemment), par ne plus tourner le dos aux paysages devant lesquels vous vous prenez en selfie (je n’ai jamais compris l’intérêt de tourner le dos à la montagne que l’on devrait prendre le temps de regarder (ou alors se faire prendre en photo par quelqu’un d’autre : là il y a du lien)). C’est à tel point que, je ne sais pas si ça a vraiment un rapport mais je me demande, les gens ne disent plus bonjour ! A la fac y’a des gugusses qui distribuent des tracts en tendant les bras sans décoller les lèvres ! On n’est pas sur internet où tu peux poster un commentaire sans dire bonjour sans que ça ne choque personne, on est dans la vie matérielle alors regarde-moi, dis-moi bonjour, et après je vois si j’arrête de t’ignorer…

    • Julia
      5 mars 2016 10 h 03 min

      Savoir profiter de l’instant présent, en y incluant le numérique, mais pas H24, on est bien d’accord :)

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?