Le plan B

Le plan B

Pour les lecteurs assidus : oui le blog a fait peau neuve ! Et pour ce renouveau, il me tenait à coeur de vous parler d’un sujet qui revient sans cesse dans les discussions avec les copains en ce moment. Le plan B, l’issue de secours, les autres options, et tout ce qui caractérise finalement la génération Y en 2016.

Le plan B en amour

J’ai lu dernièrement l’article d’Anissa qui m’a à la fois touchée, et d’un côté, il ne m’a pas surpris. L’amour en 2016, c’est compliqué.

Depuis quelques années nous baignons dans une atmosphère de relations Kleenex : les couples se forment et se déforment en quelques mois. Nous utilisons des applications de rencontres pour faire notre marché (pardonnez moi l’expression, mais oui oui oui), et on s’étonne de ne pas être pleinement satisfaits.

Et force est de constater que même si nous sommes engagés dans une relation, nous savons au fond de nous que nous avons mille autres options. Forcément, on se dit que si ce n’était pas le/la bon(ne), on retrouvera forcément un peu plus tard quelqu’un d’autre. Que même si son physique ne nous plait pas, on pourra rester potes. Etc…

Le plan B en amour est nouveau, nos parents ne le comprennent pas. Il est à la fois là pour se consoler et aller de l’avant (lors d’une rupture par exemple), mais il est aussi là pour combler cette peur de la solitude : « si je ne garde pas cette fille, c’est pas grave, je discute avec une autre avec qui ça pourrait marcher ».

C’est presque un peu triste ce nouveau mode de fonctionnement. Et pourtant il est sacrément répandu. On veut tout, tout de suite, et l’amour n’est pas épargné. 

Le plan B au travail

Au boulot, les Y ne se font plus d’illusions, le monde du travail a changé nous l’avons bien compris. C’est avec un certain pragmatisme que nous nous adaptons continuellement au monde qui nous entoure. Et ceux qui ne l’ont pas encore compris se prennent actuellement de grosses claques de désillusion.

Le plan B au travail, c’est être réaliste. C’est arrêter de faire des plans sur une seule comète, c’est devenir un couteau suisse, pour éviter les mauvaises surprises plus tard.

Certains sont des slasheurs, d’autres ont des projets, et la plupart préparent leur avenir pour s’adapter à une future économie et développer leur propre issue de secours.

Sommes-nous devenus prudents professionnellement ? Je dirai plutôt ambitieux, et désireux de s’épanouir. On ne peut forcer personne à avoir un plan B, il s’impose de lui même à partir du moment où l’on prend conscience qu’en 2016, il n’est pas bon de mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Le plan B : preuve de maturité ?

Quoiqu’on en dise, nous passons le plus clair de notre temps à se construire des plans B, des solutions de secours et des options supplémentaires. C’est un peu notre gilet de secours en cas de galère mais c’est aussi un formidable boosteur de créativité et de développement. 

Si l’on prend un peu de recul : si nous n’avions pas besoin d’un plan B, nous n’irions pas voir si l’herbe est plus verte ailleurs en amour, et il serai inutile de cumuler plusieurs jobs par exemple.

Alors grâce à ce plan B, je suis persuadée que nous ouvrons notre esprit à d’autres possibilités, et par conséquent à une vie personnelle et professionnelle riche en expériences !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Facebook
Viens suivre mes aventures sur Facebook !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

5 Commentaires

  • donotracuspote
    19 mai 2016 22 h 06 min

    Le plan B est sûrement l’apanage des gens qui ont une bonne capacité à s’adapter (même si à l’origine nous avons tous le gêne en nous). S’ancrer dans le réel. S’adapter à cette société en perpétuelle mutation… Les hommes, les femmes, le couple, la parentalité, la sexualité, le travail, la vie en société… même manger demande des plans B !
    Mais ce plan B esthétique est TOP ! Well done ! Continue à partager avec nous tes plans A… B… C… F (comme feel) !
    Bises

  • Distrayante
    19 mai 2016 22 h 51 min

    Je ne suis pas du genre à avoir un plan B en amour (mais je n’ai rien contre ce principe), mais au travail oui, c’est important.

  • Manue
    21 mai 2016 11 h 13 min

    Comme Distrayante, je ne suis pas non plus du genre à avoir un plan B en amour et comme toi je trouve ça un peu triste ce mode de fonctionnement. Et malheureusement ça se développe de plus en plus avec toutes les application etc. Après, chacun fait comme il veut :)

  • du74au974
    30 mai 2016 13 h 12 min

    Super article ! Je crois qu’on est tout à faire la génération PlanB, car on a vu tellement de choses capoter ! Pour ma part, le plan B est aussi essentiel en voyage (lire https://du74au974.wordpress.com/2016/04/28/comment-voyager-zen-le-voyage-ideal-nexiste-pas-ou-alors-il-est-partout/)

  • Christiane
    11 juillet 2016 9 h 10 min

    il faut être prévenant rien n’est sur et s’est aiguiser le plan B.

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?