Ça m’énerve !

Ça m’énerve !

Aaaaaah j’avais un peu envie de râler aujourd’hui tiens ! (je n’accepterai aucune remarque car je ne râle que très rarement ici héhé). Dans mon quotidien de Freelance, il y a énoooormément de trucs que j’adore, mais il y a aussi des trucs qui me gavent. J’avais envie de partager avec toi ces petites choses relou qui se passent au quotidien, que tu vis aussi peut-être de ton côté. Mais surtout, n’hésite pas à râler toi aussi dans les commentaires : ce billet est définitivement destiné à ça :D

Les appels à 15h03

Je suis Freelance depuis plus de 4 ans. Mes proches (amis ou famille) connaissent donc très bien mon emploi du temps, ou en tout cas dans les grandes lignes. Alors POURQUOI il y a toujours quelqu’un qui m’appelle en plein milieu de l’après-midi ou de la matinée pour papoter ?! « Salut ça va ? Je ne te dérange pas ? » – « Salut, bah je bosse » – « D’accord, tu as quelques minutes pour discuter ? » – « Du coup non pas vraiment tout de suite… ».

C’est tellement pénible. Car au delà du fait que ça te coupe dans ta concentration et dans ton élan, ça fait chier de répondre si froidement ou négativement à un pote qui veut discuter. Mais voilà, ce scénario arrive au moins une fois par semaine. On s’habitue :D

« Quand on veut on peut »

Je ne peux plus entendre cette phrase, sérieusement. Je me suis pris cette remarque dans la gueule à peu près 128 fois depuis que je suis Freelance. Pour pleins de raisons et de scénarios différents. Le plus courant c’est celui ci-dessous. Ça a vraiment le don de me faire péter les plombs. Et c’est dommage parce que ça me fait de la peine de voir que la personne en face de moi ne comprends pas l’enjeux d’être à son compte. Elle ne comprend pas que mon travail conditionne ce qu’il va y avoir dans mon frigo la semaine d’après. Ça me rend triste et ça m’énerve à la fois.

Un utopiste : Tu passes boire le café à 13h30 ?
Moi : En plein milieu de la journée c’est délicat. Plutôt à 8h30/9h demain ?
Un utopiste : Je ne peux pas les matins.
Moi : C’est délicat en milieu de journée j’ai vraiment des impératifs pour le boulot.
Un utopiste : C’est toi qui fait ton emploi du temps, quand on veut on peut !
Moi : Pas quand tu as des responsabilités envers des clients en fait. BYE!

Les demandes urgentes à 9h15 pour 9h30

Lorsque tu es Freelance et que tu commences à avoir pas mal de clients à gérer et des choses à produire tu dois être organisé(e), sinon t’es foutu(e). J’essaie donc d’être la plus consciencieuse possible avec mon emploi du temps, la plus rigoureuse possible par rapport au temps passé sur mes missions et la plus honnête possible avec moi-même sur mes capacités à consacrer un temps T à un client.

Mais voilà, il y a toujours des clients qui se croient seuls au monde. Des clients qui oublient que tu es Freelance et que tu n’es pas un salarié déguisé pour eux. Des clients qui ne prennent pas toujours conscience que tu ne travaille pas que pour eux et que ton temps ne leur est pas consacré à 100%.

Ce sont donc souvent ces clients-là qui te demandent des choses urgentes, qu’il faut faire dans la minute (sinon tu as l’impression que la terre va exploser tu sais). Et quand tu sais le temps que je passe à leur expliquer comment je travaille et comment j’anticipe mes actions/mes tâches et que 2 semaines plus tard ils te demandent déjà de faire des choses dans l’urgence baaaah… ça te gave ! :D

« Tu passes ta journée sur Facebook c’est pas bien compliqué »

Ça se passe de commentaires.

Être interrompue dans ma réflexion

C’est un point négatif de l’espace de coworking à mes yeux. Surtout lorsqu’au bout d’un certain temps tu connais tout le monde. Le matin on vient à ton bureau te dire bonjour, ensuite on te demande si tu veux descendre boire un café et fumer une clope, à midi on te demande où tu manges, en début d’après-midi on te réveille de ta micro-sieste sur ton bureau, à 16h les autres coworkers pètent les plombs et rient pour un rien…

Bien sur je caricature. Mais voilà tous les moments ou je peux être potentiellement dérangée, stoppée, dans ma réflexion, dans ma concentration. Je suis loin d’être un modèle lorsqu’il s’agit de ne pas faire chier les gens à Epicentre Factory, mais j’avoue que ça m’énerve d’être dérangée parfois. 

C’est ton tour de râler !

Ils sont prêts

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

12 Commentaires

  • Cécile
    5 octobre 2017 19 h 33 min

    Ha ha, j’avoue j’en reconnais certains (je suis incapable de bosser quand y a du monde autour d’ailleurs… j’ai même pas tenté l’espace de co-working du coup).
    Un truc qui m’énerve un peu c’est le « T’as de la chance ! »… Parce que les avantages de travailler chez soi ont quand même un revers de la médaille, et surtout parce que -de mon point de vue- sa chance on se la crée en faisant des choix de vie.

    • Julia
      6 octobre 2017 14 h 14 min

      Oh oui, rien n’est une question de chance, tout est une question de travail et de détermination :)

  • Estelle
    5 octobre 2017 19 h 59 min

    Salut Julia ! Ah que ça fait du bien de râler de temps en temps, hein ? Je me retrouve complètement dans ce que tu dis ! Les proches (ou les personnes non entrepreneurs) ont bien souvent du mal à saisir l’idée qu’on est peut-être libres mais on a bien plus d’impératifs …
    Merci pour ce billet qui permet aussi de relativiser et se sentir moins seul(e). A bientôt !

    • Julia
      6 octobre 2017 14 h 14 min

      Oui râler fait un bien fou :D – tant que ça reste une fois de temps en temps :)

  • Noémie
    5 octobre 2017 20 h 43 min

    Aah moi c’est le « t’as de la chance » (non, je n’ai pas de la chance, j’ai bossé comme une timbrée et j’ai fait des sacrifices pour en arriver là) et le fait que les gens pensent que tu peux te libérer à tout moment de la journée, comme ça, pour aller faire du shopping, boire un thé, ou répondre à leur email urgent « pour hier ». Euh, non.
    Mais pour rien au monde je ne changerai mon quotidien de freelance :)

    • Julia
      6 octobre 2017 14 h 13 min

      Oh moi non plus Noémie je ne changerai pour rien au monde :)

  • Marion
    6 octobre 2017 11 h 48 min

    Tiens !!! J’ai un article similaire dans mes brouillons, mais moi c’est les trucs qui énervent en voyages!!! Mais c’est vrai que dans la vie de Freelance je pourrais aussi écrire un pavé sur ce qui peut m’énerver, j’en ferai peut-être un gros gros article du coup un jour ;)

    • Julia
      6 octobre 2017 14 h 13 min

      Oui je veux lire le tient :D

  • Aurore
    9 octobre 2017 11 h 31 min

    Ahah j’adore cet article !!! Merci pour ce fou rire !!!! C’est tellement vrai tout ce que tu décris !!!

    Et merci de nous donner l’occasion à notre tour de râler en commentaires : je trouve l’idée GÉNIALE!

    Alors moi un truc qui m’énerve c’est quand tu explique à ton client que ce qu’il te demande c’est pas possible (genre « fabrique moi une tarte aux fraises avec un parapluie et du gel douche ») et qu’il te répond « Je suis sûr que avec de la volonté tu peux le faire ! » ou « Dis toi que c’est un challenge! »…

    Aussi pour les appels à 15h moi c’est très simple, je ne réponds plus. Le répondeur s’en charge !

    • Julia
      11 octobre 2017 15 h 22 min

      « Je suis sur que tu peux le faire » … Idem que pour le commentaire de Margot, c’est pire que tous mes exemples réunis ! COURAGE !! :D

  • Margot LATHIERE
    10 octobre 2017 22 h 07 min

    Je suis à la bourre, mais j’adore ton article =) Moi la phrase qui m’énerve c’est quand je fait un devis pour un client pour une commande d’une illustration originale et qu’on me répond  » C’est toi qui voit, c’est toi l’artiste » … Certes, mais l’artiste ne peut pas décider du format de l’illu ou des couleurs que tu aimes, ou si l’illustration seras encadrée ou non =)

    • Julia
      11 octobre 2017 15 h 21 min

      « C’est toi l’artiste », mais… l’ANGOISSE ! Je crois que c’est pire que tous mes exemples réunis !

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?