5 qualités requises pour être un bon Content Manager (billet invité)

5 qualités requises pour être un bon Content Manager (billet invité)

Retour de la tradition de cet été : le billet invité ! Je suis vraiment contente de me tenir à ce rendez-vous. Déjà parce que cela permet de traiter des sujets que je ne maîtrise pas forcément toujours en lien avec le web. Mais ça permet aussi de vous faire découvrir de super Freelance par la même occasion ! :) Aujourd’hui, c’est Marilyn qui prend le relai…

– – – – – – – – – – – – –

Voilà bientôt 4 ans que j’ai le plaisir d’exercer le job de Content Manager, d’abord en agence de Content Marketing, puis, depuis quelques mois, en Freelance. 4 ans, c’est sans doute pas assez pour en avoir une vision hypeeer exhaustive, mais c’est largement suffisant pour en tirer quelques enseignements précieux. Ca tombe bien : c’est justement le sujet de cet article puisque j’ai décidé de partager 5 qualités qui, à mon sens, sont indispensables pour réussir dans ce métier. :)

Ps : merci Julia pour l’invite !

Ok alors déjà, c’est quoi un “Content Manager” ?

Un Content Manager est un professionnel qui manage des contenus, généralement des contenus web. À vrai dire, il a plusieurs appellations : Responsable éditorial, Chargé de contenus web, Consultant éditorial… De mon expérience, je dirais que son boulot se découpe en 4 grosses briques :

  1. La stratégie : c’est la partie où il étudie les besoins de la cible de son client, définit le type de contenus à produire, arrête un ton éditorial, réfléchit aux mots-clés sur lesquels se positionner… bref, c’est la partie “mise en place d’une ligne éditoriale cool et efficace”.
  2. La gestion de projet : une fois que la ligne édito est posée, il faut la faire tourner. Rédaction et envoi des briefs aux différents intervenants (rédacteurs, graphistes…), allers-retours, feedbacks divers, gestion de planning, check auprès du client… en gros, la partie “gestion et coordination de la production”.
  3. La production : là on rentre dans la créa pure, c’est-à-dire la rédaction (d’articles, de newsletters, d’ebooks…) ou la réalisation (d’infographies, de vidéos…). Cette partie là n’est pas systématiquement sur la fiche de poste du Content Manager mais il peut arriver qu’il ait à s’en charger, surtout dans les petites structures.
  4. Le suivi quali : parce que c’est bien beau de produire des contenus mais c’est encore mieux de s’assurer qu’ils sont efficaces (passion ROI). Ici, c’est la partie chiffres : analyse des résultats obtenus (sur une newsletter, des stats de blog…) et ajustements nécessaires de la stratégie éditoriale histoire que les contenus soient toujours au top.

Après, en fonction de la structure dans laquelle il exerce – et de sa fiche de poste – le Content Manager bossera plus ou moins sur chacune de ces briques. Et côté structure, puisqu’on en parle, un Content Manager bosse généralement :

  • chez l’annonceur, aka l‘entreprise qui a décidé de produire et diffuser des contenus sur le web. Dans ce cas, et en fonction de la taille et du budget de son entreprise, il peut être amené à collaborer avec des agences de marketing éditorial / content marketing, en leur déléguant par exemple une partie de la production.
  • en agence, comme ce fut mon cas pendant 3 ans. Là, le Content Manager travaille avec des annonceurs et les accompagne dans la mise en place et/ou le déploiement de leur stratégie de contenus.
  • 3e option, en freelance, comme c’est mon cas depuis quelques mois. Ici, le type de clients varie en fonction de ce qu’a déterminé le Freelance. Autrement dit, tous les types de clients sont possibles ! J’ai personnellement décidé d’accompagner les entrepreneurs, startups et TPE/PME, donc plutôt des annonceurs. Mais il m’arrive de bosser également pour des agences car nombre d’entre elles délèguent la partie “production de contenus” à des Freelances. ;-)

Pour résumer, le Content Manager est donc la personne qui pilote la stratégie, la production et la diffusion des contenus web de son entreprise / de son client. Maintenant que tu as capté les bases de ce métier, on peut passer aux qualités !

Top 5 des qualités d’un Content Manager

Qualité #1 : Être spécialiste MAIS avoir une vision globale

Qu’on soit clair dès le départ : “Content Manager” est un métier appartenant à la famille du marketing. C’est une profession qui requiert des compétences littéraires, certes (voir qualité #5), mais pas seulement. Pour moi, un bon Content Manager a une vision globale de la stratégie de marketing dans laquelle son travail s’inscrit. Il a aussi de très fortes affinités avec le web puisqu’il le connaît sur le bout des doigts ^^. En bref, c’est un pro du marketing digital avant tout, dont le succès tient à sa forte valeur ajoutée sur l’aspect éditorial. Ca tombe bien pour lui : le marketing de contenu est l’une des tendances fortes de ces dernières années (#joie).

Qualité #2 : Être curieux et en veille permanente

J’en parle un peu plus en détails sur mon blog, mais la curiosité est une qualité indispensable pour exercer ce job. Lorsqu’on est Content Manager et qu’on anime – par exemple – le blog de l’un de nos clients, on doit être capable de le challenger sur des idées de sujets, sur des angles pertinents, sur des types de formats qui parleront à sa cible…

Cela implique non seulement de faire de la veille sur les thématiques phares dudit client, mais aussi de regarder ce qui se fait de mieux en termes d’approches éditoriales pour pouvoir lui proposer des solutions cool et si possible, innovantes. Alors on check des blogs spécialisés, on regarde ce qui se fait à l’étranger, on suit les tendances du secteur de son client (et de son propre secteur → le marketing éditorial), on squatte les réseaux sociaux, on lit des livres, on pointe son nez dehors et/ou dans des événements… En bref, on ouvre les yeux, les oreilles et on n’hésite pas à poser des questions !

Qualité #3 : Savoir switcher comme un caméléon

Imagine t’es Content Manager et t’as 7 clients. Imagine t’en as un pour lequel tu gères un blog sur les joies de la vie étudiante, un autre pour lequel tu gères un webzine sur l’efficacité des logiciels Cloud en entreprise, un autre pour lequel tu gères une newsletter bimensuelle sur les bonnes pratiques des mères au foyer organisées… et ainsi de suite, jusqu’à 7. Pour peu que ta mission inclue également de la rédaction, tu peux être amené, dans une même journée, à t’adresser à des djeuns de 19 ans le matin, conseiller des dirigeants d’entreprise l’aprem et guider des mères de famille débordées le soir. Tu vois le délire ?

Pour ne pas virer schizophrène, un truc cool consiste à avoir naturellement la faculté de pouvoir switcher d’un sujet à l’autre sans s’emmêler les pinceaux. Pouvoir identifier les besoins de tes clients, aussi différents soient-ils, t’adresser à eux avec le bon ton, choisir des formats de contenus qui vont leur plaire et les diffuser sur les réseaux sociaux sur lesquels ils sont présents… L’art du “switch” est une qualité qui va un peu de pair avec la curiosité. Bon, après je parle surtout de mon expérience en agence + freelance, j’imagine que chez l’annonceur on reste plus souvent cantonné au même sujet (?).

Qualité #4 : Avoir une solide casquette “chef de projet”  

Comme dit précédemment, être Content Manager revient à piloter une (ou plusieurs) stratégies de contenus. Dans certains cas de figure, on peut aller jusqu’à la production desdits contenus. Et comme sur le web, les contenus sont hyper variés (contenus textuels types articles, blog posts, ebook mais aussi contenu media genre infographies, vidéos, quiz, etc.), parfois, le Content Manager ne peut pas tout créer car il n’a pas l’expertise sur tout.

Moi par exemple, je suis Content Manager option rédactrice web et il m’est impossible d’aligner 2 pixels pour faire un logo, quant à la vidéo, ahah, n’en parlons pas. Parce que je ne crée pas tous les contenus, je peux donc être amenée à driver d’autres professionnels qui sont plus spécialisés : graphistes, designers, vidéastes, mais aussi, parfois, autres rédacteurs web, community managers, secrétaires de rédaction… En somme, chapeauter une équipe de “Content Creators” au service de la stratégie de mon client. Ca implique de faire des briefs, de coordonner de la production, de gérer des plannings, de faire de la relation client… bref, de s’organiser à la manière d’un petit chef de projet (d’ailleurs, parfois les Content Managers sont appelés Chefs de projet éditorial).

Qualité #5 : Avoir une rigueur rédactionnelle assez extrême

On aurait pu s’attendre à ce que je commence par cette qualité mais c’était trop facile :) Ici, je vais la faire courte car plus qu’une qualité, c’est un prérequis. Parce qu’il gère en partie l’image de son client / entreprise sur les internet, un Content Manager doit être au taquet niveau rédaction : orthographe, syntaxe, grammaire, conjugaison sont la base. Le must, c’est quand il peut se targuer d’avoir une plume affutée (et caméléon) afin de donner de la saveur, du style et du relief aux contenus qu’il produit. Avec l’évolution des contenus web, d’autres compétences peuvent venir se greffer à la rigueur rédactionnelle (je pense par exemple à l’art de storyteller dans le cas où le Content Manager pilote des contenus vidéos). Mais j’ai déjà largement dépassé les 1000 mots et comme ça fait un peu beaucoup, on va s’arrêter là !

J’espère que cet article t’a donné envie d’en découvrir un peu plus sur ce joli métier !
Si tu as des questions, je serais ravie d’y répondre ;-)

Ce job t’inspire ?! :)

Tu veux devenir Content Manager ? Marilyn te donne toutes les qualités requises pour ce job en Freelance !

Ils sont prêts

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

2 Commentaires

  • etdanscesmots
    8 août 2017 14 h 45 min

    J’aurais une question : existe-t-il des formations de Content Manager ou c’est une formation en communication/digital/ etc qui sert de base?

    • Marilyn EPEE
      9 août 2017 13 h 57 min

      Coucou !
      Je ne crois pas qu’il existe des cursus qui forment spécifiquement au métier de Content Manager… Le mieux, à mon sens, c’est d’opter pour une formation initiale orientée éditorial (journalisme, lettres, communication, etc.) et de faire une spécialisation en webmarketing. En tout cas, beaucoup de Content Managers sont des anciens journalistes / gens de la com qui ont une bonne culture web & marketing ;-)
      Je sais qu’il y a un master « Web éditorial » à Poitiers mais je ne sais pas ce qu’il vaut… À regarder de plus près !
      Marilyn

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?