4 ans en Freelance : je fais le point !

4 ans en Freelance : je fais le point !

Waou. 4 ans, environ 1460 jours que je tente d’organiser ma vie avec un seul objectif en tête : créer mon propre emploi. Je ne vous l’ai jamais caché : c’est une sacré aventure ! Mais à l’heure ou je vous écrit, c’est la meilleure décision que j’ai prise de mes 26 ans d’existence. Et c’est avec beaucoup d’émotions aujourd’hui que j’ai envie de faire le point, et de coucher mes pensées sur le blog, en toute transparence. Comme d’hab’ en fait :)

Aujourd’hui, je m’autorise à me dire stop et à prendre de la hauteur pour vous parler de la façon la plus juste de mes 4 ans en Freelance. Chaque indépendant vis sa vie professionnelle de façon différente : il est probable que d’autres Freelance se reconnaissent dans ce que je m’apprête à vous dire, mais en vérité tout parcours est différent. Je suis passée par des périodes de joie et d’euphorie extrêmes, à des périodes de galères et de mood down horribles. Je ne m’attendais pas à tant de montagnes russes, et pourtant, c’est ce qui me fait avancer chaque jour. En voici les principales raisons :

Être consciente des downs

😥 – L’ARGENT. J’en parlais encore le mois dernier, mais lorsque j’ai démissionné de mon CDI je n’avais pas d’aides, pas d’allocations chômage, rien. J’avais donc une pression supplémentaire : il me FALLAIT de l’argent. En Freelance, on ne peut quasiment pas prévoir ses rentrées d’argent (encore moins lorsque l’on débute et qu’on est seule au monde dans son délire comme moi), alors j’en ai chié. J’ai eu des périodes très compliquées ou je me suis clairement privée de sorties, de shopping, de petits plaisirs (je me souviens même refuser 1 café en terrasse à 1,50€), et même à un interdit bancaire il y a 3 ans. Je mettais également un point d’honneur à ne rien demander à mes parents, j’avais pris la décision de me lancer, je voulais l’assumer jusqu’au bout.

😥 – LA VIE PERSO. Lorsque ton travail conditionne ce qu’il y a dans ton frigo, il est parfois bien compliqué de décrocher et de penser à autre chose. Pendant presque 3 ans, j’ai fais passer mon boulot avant tout. J’ai perdu pas mal de copains dans la bataille : entre ceux qui ne comprennent pas, ceux qui s’en foutent et les opportunistes, il ne reste plus grand monde. J’ai été une piètre amie pour certains, et une tarée pour d’autres. Ceux qui l’on compris sont encore à mes côtés, les autres s’en sont allés faire leur vie un peu plus loin. Mais même avec ceux qui restent, il m’est arrivé de me sentir horriblement seule dans mon délire. Ils comprennent ma situation, ils savent que j’ai choisi cette vie là avec son lot de complications mais ils ne pourront jamais réellement comprendre ce que je vis et comment je le vis. Et mine de rien, parfois, ça pèse sur le moral et la solitude est vraiment palpable. Même chanson pour ma vie amoureuse, qui a été ni plus ni moins mise en stand by pendant une période. J’ai eu le raisonnement : mec = perte de temps. C’est dommage hein ? Et pourtant…

😥 LA SOLITUDE. Revenons-en justement. C’est ce qui m’a le plus affectée pendant 3 ans (avant d’intégrer l’espace de co-working en fait) : n’avoir personne à qui parler business, ne pas savoir si ce que l’on fait est bien ou non, ne plus parvenir à prendre de la hauteur et piétiner. Ça m’arrive encore fréquemment aujourd’hui, et je pense que jamais ça ne s’arrêtera. Mais (pardonnez mon langage) putain de merde que ça peut être difficile à vivre ! Tu connais ton objectif mais tu ne sais pas comment l’atteindre : la route est pleine de brouillard, et il n’y a personne pour te prendre la main ne serait-ce que sur 100 mètres. C’est d’ailleurs ce sentiment là qui m’a poussé à lancer ces coachings personnalisés, pour vous prendre la main quand vous en avez besoin. Car à cette période là (sur les 2 premières années en fait), j’aurais donné n’importe quoi pour que l’on m’aide un peu, et que l’on me dise « regarde, moi aussi je suis Freelance, on peut en discuter ».

😥 LA REMISE EN CAUSE CONSTANTE. Toujours là, même au bout de 4 ans. Et elle ne s’arrêtera jamais. C’est usant, mais c’est le prix à payer pour progresser, je crois. Se remettre en question c’est éprouvant pour le coeur, pour le cerveau. C’est accepter que l’on est imparfait dans son business et qu’il faut encore une fois revoir ce qui peut être amélioré ou ce qui peut être optimisé. Ça englobe la confiance en soi, sa légitimité, se positionner par rapport aux autres/aux concurrents, rester persuadée que ce que l’on vend c’est bien, etc. C’est la partie dont j’aime bien parler, mais que je ne parviens pas toujours à mettre en application pour moi-même. Peut-être qu’en 2017 je vais y arriver ?

Apprécier les ups

😍 LA LIBERTÉ. J’en parle beaucoup et souvent mais être Freelance c’est la liberté, quoiqu’on en dise. C’est un choix d’emploi du temps qu’aucun job salarié ne t’offrira. Après avoir goûté pendant 4 ans à cette liberté, il me parait difficile de retourner sur un 35h dans une entreprise, aussi cool soit-elle. Je suis heureuse de pouvoir vivre ma vie professionnelle de cette façon là ! Et j’essaie de me le répéter à chaque mood down.

😍 EPANOUISSEMENT PROFESSIONNEL. Je n’ai (presque) jamais rien subi professionnellement depuis que je suis Freelance (sauf peut-être le client qui veut arrêter une mission, par exemple). J’ai toujours choisi la direction que je voulais prendre, et dieu sait combien de fois j’ai bifurqué pour revenir à mon point de départ pour repartir sur une autre route… les tests des débuts héhé. Je me suis toujours formée selon mes besoins et mes envies : de cette façon là je ne perds pas mon temps à apprendre des choses qui ne me servent pas au quotidien ou pour remplir un objectif bien précis. Et surtout : je choisis mes missions. Je ne prends que ce qui m’apporte du positif et de la connaissance.

😍 LES BONHEURS DU QUOTIDIEN. Il n’y a pas une seule semaine qui se passe sans que je prenne un peu de recul et que je me dise « franchement, c’est trop cool« . Depuis 4 ans, mes journées ne se ressemblent pas. Je vis heure par heure. Je saisie la moindre opportunité pour passer une bonne journée : improviser des cafés avec ceux que je vois rarement, m’autoriser une sieste un lendemain difficile, inverser tout mon emploi du temps juste pour voir si ma productivité change, prendre 2h de pause dej’ pour manger en terrasse en plein soleil…

😍 CÉLÉBRER. Ici, on est au sommet de la montagne russe. C’est la cerise sur le gâteau. J’y regroupe les bonnes nouvelles un peu banales mais cool (recevoir mes commandes de shopping compulsif sur internet, si les résultats de vente de mes clients sont bons, lorsque je reçois un mail pleins de questions sur la vie en Freelance…) mais aussi toutes les choses qui me font sautiller de joie sur ma chaise (je reçois la commande d’un nouveau coaching, j’apprends que mon dernier billet est en sélection sur Hello Coton, on m’écrit un message ou un tweet pour me remercier de ce que j’apporte en écrivant ma vie de Freelance sur ce blog, un super avis est posté sur les fiches produits des coachings…) ou encore les trucs dingues qui me sont arrivés et que j’ai encore du mal à réaliser parfois (ma publication sur le Huffington Post, la signature de plusieurs gros contrats un peu inattendus, la rencontre de personnes géniales grâce à mon job…).

On refait le point dans un an ?

Gérer une entreprise, petite comme grosse, c’est un marathon pas un sprint. C’est par des actions quotidiennes que je prends conscience de mon évolution et de mon épanouissement dans ce statut. Et le sourire que j’affiche en pensant à toutes les choses que j’ai encore à accomplir me conforte dans l’idée que la vie professionnelle que j’ai choisi est la bonne. Malgré toutes les situations pas cool que j’ai du traverser, je ne regrette rien, et au contraire, ça me permet de vous en parler, en toute transparence et avec bienveillance.

Ils sont prêts

Facebook
Reste connecté(e) sur Facebook !

Youtube
Viens suivre mes aventures sur Instagram !

Twitter
Prends contact sur Twitter !

Youtube
Je partage mes astuces sur YouTube !

20 Commentaires

  • Hey Cocoon
    1 mai 2017 19 h 17 min

    Joyeux anniversaire :)

    • Julia
      2 mai 2017 10 h 10 min

      Merci Cécile :D

  • Zebleon
    1 mai 2017 21 h 04 min

    Se lancer en freelance le jour de la faite du travail, joli pied de nez au patronat ;)

    Je comprend bien tes galères du debut, je suis passé par la, j’y suis meme encore pas mal, mon secteur etant bien plus bouché que le tien et remplis de concurrence déloyale
    Pas grave, on se réoriente et on s’accroche

    Bonne chance pour la suite

    • Julia
      2 mai 2017 10 h 10 min

      Ahaha ouais !
      Belle continuation à toi :D et comme tu dis, accroche toi !

  • Kleine Morgane
    1 mai 2017 22 h 38 min

    Quelle chance tu as ! Tu as réussi ta vie professionnelle, bravo à toi et Félicitation ! Dans quoi es-tu Freelance ?
    Si tu veux découvrir mon blog et ses actualités, entre autres, voici ma page Facebook :
    https://www.facebook.com/Eclat.desoit/

    • Julia
      2 mai 2017 10 h 09 min

      Et merci Morgane !
      Je suis Freelance en services web, pour faire bref :D

      • Kleine Morgane
        2 mai 2017 13 h 34 min

        Bravo à toi :)

  • Voyages de prof
    2 mai 2017 3 h 40 min

    Ah bah bon anniversaire !!!! et fête ça bien hein!! ;)

    • Julia
      2 mai 2017 10 h 09 min

      Héhé compte sur moi Marion :D

  • madagascarian
    2 mai 2017 10 h 03 min

    Heyyy,

    C’est une belle expérience que tu a là, tu a de la chance parce que cela t’a permis d’être forte malgré les obstacles mais tu es aussi satisfaites de cette décision que tu a prise,

    Je suis contente de lire ton billet, ça peut toujours aider ceux qui se projettent pour ce genre de projet pour l’avenir.

    Bonne continuation, Xx

    • Julia
      2 mai 2017 10 h 09 min

      Hello ! Les obstacles découragent souvent, mais lorsqu’on parvient à y faire face, ça booste pour un bon moment :)

  • Arnaud
    2 mai 2017 10 h 15 min

    Bon anniversaire :)
    L’entreprenariat c’est ce qu’il y a de mieux au final, pour rien au monde je retournerai dans une entreprise salarié à respecter des horaires et faire les mêmes tâches.

    • Julia
      2 mai 2017 22 h 33 min

      Merci Arnaud ! :D
      Oh je suis bien d’accord avec toi. Avec le recul, je comprends que certains soient épanouis au sein d’une entreprise, au sein d’un cadre. Maaaais personnellement je n’envisage pas ma vie professionnelle avec un cadre :D – on doit se comprendre.

      • Arnaud
        10 mai 2017 0 h 13 min

        Oui on se comprend :D C’est un des avantages de l’entreprenariat faire évoluer ses projets comme on le souhaite et de même pour le cadre, ça a du bon en plus de juste avoir besoins d’une connexion internet pour bosser en plus ! :D

  • Plume d’Auré
    2 mai 2017 11 h 36 min

    Roh la la la mais quand je lis ça je sais que je vais morfler mais d’un côté je suis trop prête. 1 mois pour moi.. c’est tout neuf. Je début comme un bébé qui fait ses premiers pas. Contente de t’avoir découverte du coup, tu seras un peu mon fil d’ariane.
    Bisous
    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

    • Julia
      2 mai 2017 22 h 30 min

      Héhé, c’est normal : ce mélange d’appréhension et de conscience d’esprit qui s’oppose à la joie et à l’euphorie d’être son propre patron.
      C’est cette opposition qui te fera avancer et aimer quotidiennement ce que tu va entreprendre :D

  • Aline – Graphiste illustratrice
    2 mai 2017 11 h 55 min

    J’ai bien aimé lire ce billet dans lequel je me trouve bien!
    Je surkiffe la liberté du freelancing, c’est le gros point positif de mon entreprise en plus de vivre de mes passions!
    La solitude n’est pas facile quand elle se pointe mais je garde contact avec des entrepreneurs comme moi et participe à des groupes Facebook en plus du mien et du coup, je me sens plus soutenue et bien moins seule en tant qu’entrepreneure!

    Félicitations pour ces 4 années de freelance et pour toutes ces petites et grandes victoires! *champagne*

    • Julia
      2 mai 2017 22 h 27 min

      Merci Aline :D
      À l’occasion, j’espère que l’on pourra célébrer quelques victoires IRL !

  • ornellastro
    2 mai 2017 12 h 57 min

    L’équilibre est difficile à trouver, mais quand on s’en rapproche, le bonheur se touche du doigt. :) Bravo pour ta persévérance et ton courage !

    • Julia
      2 mai 2017 22 h 26 min

      Hé merci Ornella ! :D

Laisser un commentaire

Un petit mot là dessus ?